parution 25 janvier 2017  éditeur Paquet  collection Calamar
 Public ado / adulte  Thème Conte - Féerie

Les Echos invisibles

(intégrale)

Baltus a perdu sa femme. Sa vie a basculé depuis et il n’a jamais véritablement réussi à se remettre de ce drame. Un récit étrange et fascinant sur les souffrances qu’on ne parvient jamais totalement à apprivoiser.


Les Echos invisibles, bd chez Paquet de Sandoval, La Padula
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2017

L'histoire :

Baltus pleure sur la tombe de celle qu’il aime. Il est furieux et laisse exploser sa rage en insultant les statues silencieuses. Il se rappelle avec douleur le moment où il a rencontré Monica : il faisait de la photo à l'extérieur et, fasciné par la beauté de cette inconnue, il l'a prise en photo. Elle a remarqué son manège et s'est rapprochée de lui. Elle lui a demandé de développer la photo et de lui ramener le lendemain. Le lendemain, il est présent deux heures à l'avance, le cœur battant la chamade. Elle arrive une heure après et elle est ravie de voir la photo qu'elle trouve magnifique. C’est le début d'une belle histoire d'amour. Un amour qui finit tragiquement. Quelques années après sa mort, Baltus rend visite à sa belle-mère, Rose. Non sans appréhension, il lui demande si elle a gardé la fameuse première photo de leur rencontre. Rose lui montre et Baltus, sous le choc, doit quitter la maison. Bouleversé, il voit les gens de la rue et les animaux faire des choses étranges. Est-il devenu fou ou possède-t-il des pouvoirs ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tony Sandoval et Grazia La Padula, auteurs phares des Editions Paquet, se réunissent le temps d’une série. Six ans après le premier opus, voici les deux tomes réunis en une intégrale. On reconnaît d’emblée la patte de Sandoval avec un scénario à mi-chemin entre le rêve et la réalité. Pourtant, le début est on ne peut plus réaliste avec la douleur terrible d’un homme qui perd celle qu’il aime. Le récit bascule ensuite dans le fantastique, par petites touches délicates, glissant petit à petit dans une histoire mystérieuse et envoûtante. Baltus se découvre des pouvoirs particuliers à cause du deuil auquel il doit faire face et il voit quelques évènements qui ne se sont pas encore produits. Le personnage de Baltus cristallise toute la force de cette série : il ressemble d’ailleurs beaucoup à Arthis Jolinom, le héros de Ballade au Bout du Monde. Passionné par la photographie (tout comme son auteur), Baltus va découvrir son moi le plus profond. Cette quête dangereuse mais fascinante est emplie de nostalgie et de tristesse. Baltus ne parvient pas à oublier sa souffrance passée et plus il veut la fuir, plus elle le rattrape. L’air de rien, Sandoval signe presque une œuvre psychanalytique : le récit est lent et sans véritablement d’actions et les moments forts de l’histoire sont les apparitions de monstres qui avertissent le personnage de l’avenir. Ces fantômes cauchemardesques sont autant de démons intérieurs qui reflètent tout ce que l’on cache au plus profond de soi. L’œuvre laisse d’ailleurs beaucoup de non-dits, comme si le personnage lui-même ne nous montrait pas tout. Dans ce voyage presque initiatique, on ne sait pas trop où l’on va et l’exploration opaque de l’être mime bien le cheminement d’une vie. Le style graphique de Grazia La Paluda est particulièrement efficace. Ses personnages ont un visage ciselé et très expressif, tout en gardant une humanité belle et déchirante. Le décor et les couleurs rappellent les plus belles œuvres de Nicolas De Crécy. Une belle et troublante aventure intérieure qui fera forcément écho en vous…

voir la fiche officielle ISBN 9782888908333