parution 23 novembre 2011  éditeur Soleil  collection Blackberry
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Historique

Princesse Sara – cycle 1, T4

Une petite Princesse !

Malgré les brimades et les privations de Miss Michin, Sara garde le sourire grâce à de mystérieux bienfaiteurs. Conclusion heureuse d’une adaptation de roman jeunesse parfaitement maitrisée et au graphisme sucré.


 Princesse Sara – cycle 1, T4 : Une petite Princesse ! (0), bd chez Soleil de Alwett, Moretti, Boccato
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Depuis que son père a succombé à une crise de paludisme en Inde, la petite Sara Crewe se retrouve seule et ruinée à Londres dans un pensionnat dirigé par l’abominable Miss Michin. Cette dernière en a fait son véritable souffre-douleur, la privant peu à peu de tout. Pourtant, la jeune fille garde le sourire, jour après jour. Car depuis quelques temps, de mystérieux bienfaiteurs transforment quotidiennement sa mansarde humide en palais de contes de fées. Soieries, vêtements chauds, table garnie de mets succulents, flammes épaisses égayant la cheminée, lui donnent le sentiment de vivre un véritable rêve éveillé. Elle fait évidemment profiter de cette bonne fortune son amie Becky. Et les deux pauvrettes retrouvent peu à peu bon teint et gaité, au grand déplaisir de l’acariâtre directrice de l’établissement. Sara ignore qu’elle doit ces merveilleuses surprises à l’un de ses voisins : Mister Carrisford. Elle ignore également qu’il s’agit là de l’associé de son père. Celui qui la recherche vainement depuis de longs mois pour lui permettre de toucher le colossal pactole provenant des mines de diamants de son père, le capitaine Crewe. Le pauvre homme malade ne sait pas, lui non plus, qui est réellement cette petite à qui il vient en aide quotidiennement. Chacun ne semble ainsi jamais pouvoir connaitre la vérité…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Celles qui grognaient d’impatience à voir leur petite héroïne malmenée par une destinée revêche et son panel de mauvais coups, se voient enfin délivrées de la torture par ce final enfilant agréablement le costume des conclusions de conte de fées… Et pour le coup, on se laissera agréablement attendrir par cet ultime revirement offrant à Sara les rênes d’un bonheur mérité. Car il faut dire qu’au cours de ces 4 tomes, le scénario ne nous aura pas épargné en reprenant fidèlement le canevas originel de F. Hogsdon Burnett. En effet, entre l’acariâtre Miss Michin nourrie depuis l’enfance à grande louches de méchanceté ; cette peste de Lavinia ; l’horrible cuisinière et l’ex-associé du capitaine Crewe incapable de mettre la main sur notre pauvre Sara alors qu’il lui suffit de traverser la rue : nos coquins, mais habiles, conteurs auront savoureusement préparé le terrain pour un happy end pétaradant. Pour autant, ces 46 dernières pages distillent avec malice les chauds et froids, laissant notre « aimable » directrice de pensionnat planter copieusement ces dernières banderilles. Dans le même temps, Sara garde toute sa noblesse, aidée par des bons samaritains ignorants à qui ils ont réellement affaire. Bref la bataille des gentils se gagne ici à petits pas. Nora Moretti poursuit, quant à elle, son parfait travail d’enchantement, en proposant une ligne graphique joliment sucrée dont l’éclat contraste parfois étonnement avec l’orientation du propos (mais c’est un choix assumé par la série). Avec ce quatrième opus, la série est ainsi impeccablement bouclée, tout en nous invitant à suivre très rapidement, dans un nouveau cycle (aux Indes…), de nouvelles péripéties...

voir la fiche officielle ISBN 9782302019478