interview Comics

Tomas Giorello

©Bliss Comics édition 2019

Tomas Giorello est le genre d’artiste qu’on ne peut qu’aimer. S’il y avait une guerre, il serait certainement un des soldats les plus exemplaires et les plus besogneux. Tueur au dessin et plein de talents crayons à la main, Tomas s’est fait connaître pour services rendus à Star Wars et Conan. Il est ensuite propulsé dans le monde des super-héros avec une collaboration fructueuse chez DC. Valiant le recrute enfin, ce qui permet à Tomas de retrouver son style de toujours : celui qui met en scène les guerriers et les combattants. Nous avons eu la chance de rencontrer cet artiste génial qui, non content d’être talentueux, est en plus d’une gentillesse… désarmante !

Réalisée en lien avec l'album War mother
Lieu de l'interview : Paris Comic Con

interview menée
par
13 mai 2019

Bonjour Tomas Giorello. Pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter ?
Tomas Giorello : Je m´appelle Thomas Giorello. Je viens de l´Argentine, j´ai 44 ans et je travaille pour les comics depuis environ vingt ans. J´ai commencé à travailler sur le marché américain en 1996 pour de petites publications. Ensuite, j´ai changé pour Penthouse Comix, Heavy Metal, Dark Horse, DC et ensuite Valiant et j’ai travaillé également sur quelques romans.

Copyright Tomas Giorello Tu as commencé avec Conan ?
TG : En fait, quand j´ai commencé avec Dark Horse, la première chose que j´ai faite était sur Star Wars. Je l´ai fait pendant cinq ans et au même moment, quand je travaillais pour le titre Republic and Empire, j´ai aussi fait la même chose pour Wizards of the Coast parce qu´ils avaient les droits pour Star Wars à cette époque- là donc c´était vraiment fou. J´étais censé de faire vingt deux pages par mois pour le titre de Star Wars sans compter les covers à l´huile. J´ai dessiné des personnages sous toutes les coutures. J´ai aussi travaillé sur les covers de Wizards et j´ai dessiné des créatures. C´était vraiment fou mais c´était un énorme plaisir. C´est vraiment une chose amusante de travailler pour Star Wars.

A l’avenir, on ne te verra plus sur du Star Wars ? Copyright Tomas Giorello
TG : En fait, je ne suis pas vraiment sûr. J´aimerais évidemment et les choses sont plus faciles aujourd´hui. Une des choses qui m´ont vraiment détruit, c’est que pendant cinq ans, j´ai galéré à trouver assez de références pour travailler avec les personnages, les armes, les vaisseaux et les différentes courses. Tout est vraiment très spécifique et devait être comme dans les films. Donc, j´ai eu quand même du mal à dessiner les vaisseaux de Star Wars. C´était compliqué de faire la perspective et un mois avant que j´arrête de travailler sur la saga, on pouvait trouver sur google tous les modèles en 3D ! Il suffisait de juste bouger ou tourner le visuel, prendre une photo et le dessiner. Donc, j´ai souffert pendant cinq ans peu avant l’apparition de ces éléments sur le net. Aujourd´hui, c´est beaucoup plus facile mais c´était quand même vraiment très amusant.

Tu as ensuite vécu une nouvelle expérience chez DC en faisant l’encrage pour Batman and Green Lantern ? Peux- tu nous en parler un peu ?
TG : Je me souviens que j’avais vécu une petite mésaventure sur mon premier épisode de Star Wars chez Dark Horse : j´étais censé faire le crayonné qui allait ensuite être transformé en encrage. Je ne me rappelle même plus le nom de l’encreur mais le rendu n´était pas du tout de bonne qualité. Je n´étais pas satisfait et l´éditeur non plus. Donc, à l’époque, il m´avait dit : « Tu sais quoi ? Travaille un peu plus tes crayonnés et on se passera de l’encrage. Comme cela, on pourra finir plus de pages de manière plus rapide. On a complètement sauté la procédure de l´encrage et tout devait se passer plus facilement. Et pour dire la vérité, c´était le cas finalement. Et cela a si bien marché que depuis ce jour-là, personne ne m´a posé la question d´utiliser encore une fois l´encrage. En fait, j´aime bien faire de l´encrage. Je le fais dans mon temps libre parce que sinon, on se rouille, vous comprenez ? Quand je suis arrivé chez DC, c´était pareil. J´ai dit que je pouvais travailler en crayonné mais que je privilégierais l´encrage et ils étaient d´accord avec ça. A cette période où je travaillais pour DC, je travaillais aussi pour Dark Horse sur le titre King Conan. Mon travail dépendait du choix de la date limite de publication du prochain numéro. Peut-être que c´était un travail de seulement quatre ou douze numéros comme on avait fait dans King Conan : The Hour of the Dragon. Donc, le temps je ne travaillais pas sur le titre de Conan (parce que c´était juste un scénario court) je suis allé travailler chez DC. Vu ces conditions, j´aurais voulu bien faire plus mais je devais aussi retourner chez Dark Horse six mois après ! Puis, j´étais censé faire un grand comics sur Green Lantern !

Copyright Tomas Giorello


J´étais très excité. Ils m´ont demandé de dessiner les personnages mais pour certaines raisons (sûrement liées à un problème avec le scénariste), ils ont arrêté. DC m’a alors dit : « On ne sait pas quoi faire avec vous car nous n´avons pas d’autres projets en cours ! » Moi j´ai répondu que je ne voulais pas un autre comics mais juste quelque chose à travailler avec eux. Ils ont cru que j’étais obligé de faire un comics mais je ne l’étais pas car j’étais engagé avec DC ! S´ils me demandent de dessiner Batman, Green Lantern et Robin, je le ferais. Donc pendant cinq mois, j’ai travaillé sur cinq personnages différents ce qui était extrêmement stressant même si c’était un grand plaisir. J´ai travaillé sur Batman/ Robin, Batman/ Superman, Green Lantern, Green Lantern : New guardians and Red Lanterns. C´était un peu fou mais c´était très amusant à faire.

Comment es-tu arrivé chez Valiant ?
TG : Mon ami Lewis Larosa a déjà travaillé chez Valiant à cette époque-là et on est devenu amis sur Facebook. On a commencé à échanger des images de notre propre travail et il m´a dit qu´il avait parlé avec son scénariste (je ne me rappelle plus qui c´était). Ce dernier était super content de l´avoir chez Valiant donc ça m’a donné envie de faire la même chose. Ce scénariste travaillait aussi avec Dark Horse donc il m’a donné quelques contacts de chez Valiant. J’ai pu discuter avec Warren Simons. Il a aimé mon travail et il m´a donc proposé de devenir artiste chez Valiant. J´ai signé le contrat et c´était grâce à Lewis !

Tu penses que ton style est parfaitement adapté pour certaines séries chez Valiant comme X-O manowar, Bloodshot et War Mother ?
TG : Oui. En fait, ce que j´aime le plus faire, c´est de travailler sur de la fantasy ou de la science-fiction. J´aime bien les deux extrêmes. En général, j´aime bien dessiner tout, vous comprenez ? Mais les choses que j´aime le plus sont les extrêmes. J´adore dessiner de la science-fiction : cela me rend fou, mais j´aime aussi les histoires classiques de Conan où il faut travailler sur plusieurs scénarios avec des cultures imaginaires, des uniformes, des chevaux et des combats. J´aime bien passer de l´un à l´autre genre. Je pense qu´entre les deux, il y a une connexion et c´est la violence. La chose qui m´attire le plus dans ces genres, c’est d’y donner une forme de réalité. Je pense que, quelquefois, dans les comics, la mise en scène est trop exagérée par rapport à la réalité, vous me comprenez ? Ca m´intrigue énormément et c´est toujours un challenge pour moi car je dois faire quelque chose pour le laisser apparaitre réel. Pour moi, c´est toujours l´émotion qui précède l´action. Ce sont comme deux figures qui se battent. Mais je pense qu’en travaillant sur le langage du corps et les expressions, je rajoute de la réalité. Et c´est ça ce qui te met dans l´histoire et qui te donne l´impression que les choses se passent réellement. Je veux arriver là dans mon travail. Je ne sais pas si j´ai réussi à le faire mais c´est définitivement mon but.

Qu´est ce que tu penses des couleurs de Diego Rodriguez sur ton travail dans X-O manowar?
TG : C´était extraordinaire. J´ai travaillé une fois avec Diego dans le passé sur le titre Winter World pour IDW. Je ne l´avais jamais rencontré avant et je me rappelle très bien qu´on était censé se parler un peu sur notre approche graphique. Le problème que j´avais eu jusqu´à ce jour-là, c´est que parfois, les coloristes enchaînent les projets et les séries. Certains s´asseoient et font dix pages en une journée pour n´importe quel titre et le travail encré devient un peu superficiel. Si on colorise les dessins comme les encrages, cela devient un peu trop figé. J´en avais parlé à Diego et je crois que la meilleure approche était de dessiner avec les couleurs aquarelles et ne pas saturer le tout. Il avait toute suite compris l’apparence réelle que je voulais et il l´a réalisé bien au-delà de ce que j’en avais attendu. Ensuite, quand j´ai changé pour Valiant, ils m´ont demandé si je connaissais quelqu´un avec qui j´aimerais bien travailler et c´était Diego bien-sûr. Ils m´ont dit qu´il était déjà là ! J´ai donc travaillé avec lui et quand nous avons fait War Mother, la première série que j´avais faite pour Valiant, Diego n´était pas disponible car il était occupé avec un autre projet. J’ai travaillé sur War Mother avec Brian Reber et ensuite, on a fait X-O avec Diego et c´était un travail extraordinaire. Il m´envoie constamment des réalisations en me demandant mon avis et chaque fois que je veux rajouter quelque chose, il m´écoute toujours. C’est vraiment un bosseur. Je l´aime beaucoup. Si j’avais le choix, je travaillerais avec Diego toute ma vie. C´est vraiment génial de collaborer avec lui !

Copyright Tomas Giorello


Quels sont tes projets à l´avenir ?
TG : En fait, je viens de commencer un arc sur X-O Manowar. C´est une histoire en quatre « issues » que je dois finir en mars. Normalement, on m’avait annoncé une histoire de Shadow Man mais ils ont changé d’avis à la dernière minute pour faire cet X-O. En fait, je l´ai déjà fait et je le ferai à nouveau. Donc, tout ce que je peux dire, je suis censé travailler sur X-O jusqu´en mars de l´année prochaine et hier, j´ai reçu un mail, que je n’ai toujours pas lu, d´un responsable de Valiant en me disant qu´il avait de bonnes nouvelles pour moi. Mais je n´ai aucune idée de quoi il s´agit. Je dois lui répondre pour savoir ce que c´est et ce qu´il a en tête avec moi. On verra bien ce qu’il se passe.

Tu penses qu´on va te voir un jour travailler pour Marvel ?
TG : JAh, j´aimerais bien. Jusqu´à présent je n´ai pas eu cette occasion. Dans les années 90, j´avais fait une sorte de test. A cette époque, ils ont commencé à coloriser les dessins avec des couleurs numériques mais c´était juste sur neuf pages et je ne suis même pas sûr que cela a été publié. Mais oui, bien sûr, j´aimerais bien faire n´importe quel personnage de Marvel. Les gens chez Dark Horse sont très accueillants avec moi et je travaille pour eux depuis longtemps… Seize ans déjà et ils sont supers avec moi. Le travail est vraiment relaxant et je me réjouis énormément. C´est aussi confortable de savoir que j´ai un travail pour l´année suivante et j´apprécie cette sécurité. Un moment, j´avais réfléchi de changer pour faire un travail différent mais Lewis est venu et m´a proposé le projet avec Valiant. Je n´ai vraiment pas planifié les choses et je n´ai pas évité Marvel non plus. Je sais qu´ils avaient recommencé à imprimer Conan. Mais je n´ai pas la moindre idée de comment cela va être, si c´est l´histoire originale ou si c´est une nouvelle version mais je sais que ça va être intéressant. Tout ce que j´ai vu jusqu´á maintenant est vraiment excitant.

Si je te donnais le super pouvoir d´entrer dans la tête d´un artiste, qui choisirais-tu et pour y trouver quoi ?
TG : C´est une question difficile. Je pense qu´il y a deux types d’auteurs. Les uns comme Timothy Truman et les autres comme Matt Kindt. Je sais comment Tim pense et j´aime beaucoup : il a vraiment un style complètement différent que j´apprécie beaucoup. J´aimerais bien voir ce qui est dans la tête de Matt car lui il a un univers entier ! La façon dont il pense ou il planifie en avance pour se mettre dans l´histoire et de mettre en relation les personnages dans cet univers. J´aimerais bien savoir ce qu´il pense parce que pour moi, c´est pareil avec l ´univers Marvel. C´est trop grand et il faut toujours avoir deux temps d’avance sur tout. J´imagine que cela doit être un énorme challenge.

Merci Tomas !

Copyright Tomas Giorello



Merci à Romy pour le travail de traduction.