parution 01 octobre 2007  éditeur Delcourt  collection Akata Sakura
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Chronique sociale, Humour Shôjo

Nana T17

Le passé de Nana Osaki est enfin dévoilé et avec celui-ci des larmes et des pleurs. Cette série s’améliore au fil du temps grâce à des personnages aussi drôles qu’émouvants, la classe !


 Nana T17, manga chez Delcourt de Yazawa
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©NANA ©1999 by Yazawa Manga Seisakusho / SHUEISHA Inc. édition 2007

L'histoire de la série :

Cette série raconte l’histoire de deux jeunes femmes qui n’avaient a priori pas grand-chose en commun… Si ce n’est qu’elles s’appellent toutes deux Nana et que leurs routes se sont croisées une première fois lorsqu’elles se rendaient à Tôkyô. L’une, Nana Komatsu, est la naïveté incarnée : elle enchaîne les « coups de foudre » au même rythme que les désillusions, qu’elle met sur le dos d’un « roi des démons » imaginaire. Petite princesse au cœur fragile, elle part pour Tôkyô uniquement pour retrouver son petit ami du moment. L’autre, Nana Ôsaki, au look punk et au comportement rebelle a, quant à elle, du caractère à revendre. Chanteuse du groupe « Black Stones » (contracté en Blast), elle part à Tôkyô pour faire carrière. Après une seconde rencontre fortuite, les deux nanas vont devenir colocataires. Nana Ôsaki ne tarde pas à trouver un sobriquet à sa colocataire, « Hachi », histoire de simplifier la tâche à tout le monde (hachi signifie 8 alors que nana signifie 7, c'est aussi une référence à Hachiko, nom donné aux chiens au Japon…). Leur appartement devient rapidement un lieu de rencontre pour Yasu, Nobu et plus tard Shin, les trois autres membres de Blast. Hachi devient très vite une de leurs plus grandes fans, sans pour autant délaisser Trapnest, groupe n°1 dans son cœur (le charme du bassiste y étant pour beaucoup). Son amie lui réserve à ce sujet une drôle de surprise...

L'histoire :

Nana Komatsu est partie dans la ville où se situerait la mère de Nana Osaki. En entrant dans le restaurant, elle tombe nez à nez avec celle-ci qui l’accueille avec un sourire flamboyant, puis avec son mari qui n’est autre que le cuisinier. Passant sa commande, elle constate que la télévision dans le fond diffuse une émission où la star de Blast apparaît, et que cela ne gêne pas le moins du monde cette soi-disant véritable mère. Misato arrive alors au restaurant et, immédiatement, Nana trouve la ressemblance frappante. En prétextant ne pas connaître la ville (ce qui est d’ailleurs vrai), Hachi demande à Mme Uehara de l’accompagner dehors pour lui indiquer son chemin. Elle accepte gentiment mais, au bout de quelques secondes, Nana lui déclare alors que des journalistes cherchent à connaître la vérité. Uehara répond alors sèchement qu’elle ne sait pas de quoi elle parle et tourne les talons. Hachi repart alors en train et se voit accostée par un journaliste qui lui demande de quoi elle a parlé avec Mme Uehara. Nana ne veut pas répondre mais le jeune homme se veut convaincant lorsqu’il montre une photo de Reira et de Ren…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Encore un tome et encore une réussite pour Aï Yazawa ! Sa série Nana atteint déjà son 17ème tome et force est de reconnaître que nombre de séries deviennent lassantes arrivées à un tel niveau, et que ce n’est pas le cas ici ! On retrouve à nouveau nos deux Nana qui vont vivre le même événement de façon différente. C’est une des grandes forces de la mangaka qui parvient à nous faire vivre cette situation sous un angle plutôt humoristique et un autre plutôt sentimental, ce qu’elle fait d’ailleurs avec tact et subtilité. Depuis quelques tomes, on nous montre également quelques séquences futures où Nana Osaki a disparu sans laisser de nouvelles à ses amis et ce, pour des raisons encore inconnues. Ces parties (assez courtes) nous font un petit pincement au cœur car l’on ne sait pas de quoi il s’agit vraiment et l’on a grande hâte de découvrir le pourquoi du comment. Heureusement, l’aspect dramatique est contrebalancé par cet humour typique que l’on adore retrouver à chaque tome. Sur le plan visuel, Aï Yazawa nous offre une nouvelle fois un travail de bonne facture avec des personnages détaillés et des décors mêlant les photographies aux dessins. Ce tome 17 de Nana réussit l’exploit de nous captiver de bout en bout et place cette série comme l’une des références du genre, voir peut être LA référence !

voir la fiche officielle ISBN 9782756008905