parution 01 juin 2009  éditeur Le Lombard  Public enfant / ado / adulte  Thème Humour, Chronique sociale

Ernest et Rebecca T2

Sam le repoussant

Des parents qui se déchirent, une soeur en pleine révolte, le nouveau copain de maman... Heureusement que Rebecca peut compter sur Ernest, son microbe, pour «l'épauler». Drôle, malin, touchant, cruel... un peu comme les enfants.


 Ernest et Rebecca T2 : Sam le repoussant (0), bd chez Le Lombard de Bianco, Dalena, Giumento
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2009

L'histoire :

« Papa et maman se sont séparés. Bon, c’est pas rigolo, mais c’est mieux que de les entendre toujours se crier dessus. Papa, il habite maintenant chez Tonton, le temps de trouver une maison. Un week-end tous les 15 jours, je reste avec Papa. C’est sympa mais je suis un peu triste de laisser Ernest jusqu’au dimanche soir. Ernest ? C’est un microbe… et c’est mon meilleur copain. Je l’ai attrapé un jour de pluie et depuis, on se sépare plus (il manquerait plus que ça !). Avec Ernest, on est bien décidé à réconcilier les parents. Ernest a juré de faire de moi un véritable petit microbe : ça devrait marcher ! Il est marrant, Papa, quand il vient me chercher, il devient, aussi sec, mon robot préféré : commandes vocales ; pilotage automatique ; étonnantes capacités à aller acheter mes burgers préférés. Du haut de gamme cet androïde, je vous le dis ! Pendant ce temps, Maman en profite pour les rendez vous galant (galant, galant, ‘faudrait que vous jetiez un œil sur la tête de Sam, le prétendant : repoussant et déjà prêt à infecter la maison). Ma sœur Coralie, elle, entretient son ingrate adolescence en attendant une hypothétique séance ciné avec Freddy Stevens. Ce sont elles les deux malades. Elles ont choppé ce virus qui s’attrape en se faisant des bisous : l’amour que ça s’appelle. Dégueulasse, ringard, idiot. Moi je garde Ernest. Et puis c’est tout ! » Rebecca, 6 ans (j’adore le Ketchup !).

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour ce 2e opus, Guillaume Bianco réutilise les bons ingrédients qui avaient fait du premier Ernest & Rebecca, un album marrant et subtil à la fois : un duo choc de canailles joyeuses et turbulentes composées d’une fillette et de son virus ; une famille impeccablement caricaturale ; une narration fine, accessible à tous publics ; enfin, surtout, le pouvoir d’amuser et de divertir avec une trame qui, sans jamais tomber dans le pathos, aborde des thèmes on ne peut plus sérieux (maladie, divorce…). Le talentueux scénariste ne cherche pas qu’à faire rire et délivre quelques messages incroyablement malins (et parfaitement compréhensibles pour petits et grands). On est alors souvent touché (vous savez le p’tit sourire en coin qui nait quand on laisse parler sa sensibilité…). Le seul reproche qu’on pourra opposer à ce flot de louanges, est de ne pas avoir suffisamment renouveler les thématiques voire les situations dans ce second numéro. On se retrouve avec une copie (mais une très bonne) de Mon copain est un microbe. Petit changement : Guillaume Bianco s’amuse à consacrer des planches uniquement à l’un des personnages centraux (le père, la mère, la sœur…) ce qui peut lui ouvrir des perspectives de narration intéressantes. La fin de l’album, quant à elle, nous promet une suite avec l’introduction d’un nouveau personnage : le pépé. Coté palette, le trait d’Antonello Dalena agrémenté d’une excellente colorisation fait toujours mouche, participant allégrement à la fraicheur de l’ensemble. Bref, 46 planches pleines de vitamines !

voir la fiche officielle ISBN 9782803625277