parution 17 septembre 2010  éditeur Kana  collection Shojo Kana
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Shôjo

Cat street T1

Célébrité déchue, Keito est aujourd'hui complètement déscolarisée et passe ses journées à traîner mais sa rencontre avec le directeur d'une école spéciale va l'aider à retrouver goût à la vie. Une histoire émouvante et prenante.


 Cat street T1, manga chez Kana de Kamio
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Kana édition 2010

L'histoire :

A l’âge de trois ans, Keito a tourné dans une publicité pour des jouets. Fiers d’elle, ses parents décidèrent de ne pas s’arrêter là et la firent travailler de plus en plus. La demoiselle ne tarda pas à devenir une célébrité mais cela lui demanda beaucoup de sacrifices, notamment à l’école : obligée de sécher des cours et échappant aux corvées de nettoyage, Keito s’est vite fait détester par les autres qui la trouvaient prétentieuse. Un jour, alors qu’elle avait 9 ans, Keito et une autre jeune fille, Nako, furent choisies pour interpréter en alternance le rôle principal de la comédie musicale « Sanny Days ». La mère de Keito n’appréciant pas de voir Keito partager la vedette, elle encouragea fortement sa fille à ne pas perdre face Nako. Cette dernière ayant du mal à suivre les répétitions, elle demande de l’aide à Keito qui l’entraîna volontiers : pour Keito, cette amitié était ce qu’elle avait de plus précieux. Le jour de la première, Nako parvint finalement à interpréter le rôle à la perfection et, plutôt que de remercier Keito, elle se mit à la mépriser. Keito se sentit trahie et blessée et, lorsque ce fût à son tour de monter sur scène, elle resta muette : la séance fut annulée au bout de 15 minutes et la demoiselle virée. Depuis, Keito ne va plus en cours et, à seize ans, elle passe ses journées à errer en ville. Un jour, elle rencontre un type louche qui voit dans ses yeux le regard d’une petite fille et lui propose de venir visiter un lieu spécial. Même si elle croit qu’il s’agit d’un piège, Keito accepte de le suivre et va découvrir une école d’un nouveau genre qui pourrait bien lui redonner goût à la vie...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dès la première page, on comprend que Keito, l’héroïne de cette histoire, n’a pas eu une enfance joyeuse et qu’elle en souffre encore aujourd’hui. On découvre effectivement dans le premier chapitre que la demoiselle a passé sa vie à travailler comme starlette pour plaire à ses parents (alors qu’elle désirait une vie normale) et qu’elle est devenue une hikikomori (elle vit recluse dans sa chambre la plupart du temps) depuis que sa seule et unique amie l’a trahie et qu’elle a été renvoyée d’une comédie musicale. Sans en rajouter dans le pathos, la mangaka aborde donc les sujets de l’hikikomori, de l’ijime (les brimades) et du mal que cela peut faire à ses victimes qui ont de ce fait beaucoup de mal à se reconstruire. Le thème général n’est certes pas une nouveauté mais la façon de le traiter est quant à elle un peu différente de d’habitude (le ton possédant une note un peu plus positive) et on prend plaisir à suivre les personnages qui sont attachants mais un peu paumés et qui se retrouvent ensemble comme des petits chats errants (d’où le titre). En outre, les dessins sont tout à faits charmants et pas seulement pour définir les personnages : le tramage est soigné et varié, le découpage est dynamique et, si les décors sont peu nombreux pour mieux mettre en avant les sentiments des personnages, ils sont tout de même fournis lorsqu’ils sont présents. En tous cas, ce premier opus nous laisse une très bonne impression que l’on espère voir se prolonger par la suite.

voir la fiche officielle ISBN 9782505008323