parution 01 octobre 2007  éditeur Delcourt  collection Conquistador
 Public ado / adulte  Thème Mondes décalés, Aventure - Action, Historique

Hauteville house T4

Atlanta

L'ultime bataille pour anéantir les yankees grâce à une arme ultra-secrète se prépare ; les agents de Hauteville House sont prêts à empêcher le massacre. Une fin de cycle réussie pour un des fleurons du steampunk.


 Hauteville house T4 : Atlanta (0), bd chez Delcourt de Duval, Gioux, Beau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2007

L'histoire :

C’est à bord du wagon d’un train blindé, convoyeur d’armes et de marchandises, que Gavroche, Zelda et Georges finissent enchaînés. A peine nourris de pain rassis, au bon vouloir et aux crachats de la racaille confédérée qui dirige l’expédition, le voyage risque d’être pénible. Pour un peu de bonheur dans leur malheur, la destination du convoi est justement Atlanta, ville qu’ils doivent absolument atteindre avant les frères Mauguy. En effet, ceux-ci apportent aux Sudistes l’arme ultime qui risquerait bien de leur faire gagner la guerre : un monstre millénaire ectoplasmique contrôlable par la pensée. Pendant ce temps, l’agent Eglantine Lydon poursuit sa mission d’infiltration. Après avoir empoisonné l’interprète du conseiller de Napoléon III, de fait momentanément malade, elle troque ses services de garde d’enfants pour la remplacer. Elle est ainsi aux premières loges pour découvrir les tractations entre l’empereur français et les confédérés. C’est sans compter sur les pouvoirs extra-lucides de Madame Nostra, qui a déjà remarqué le comportement étrange de la jeune femme. Il va bientôt falloir trouver un moyen pour fuir rapidement…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Atlanta marque la fin du premier cycle d’Hauteville House qui prenait lieu presque exclusivement aux Amériques. En pleine guerre de sécession, tous les mystères accumulés doivent enfin exulter dans l’ultime bataille d’Atlanta. Ce moment fort attendu, qui ressemble plutôt à un chien écrasant une colonne blindée de Legos®, est relativement décevant. La mise en place de la bataille, l’évacuation d’Atlanta et l’aboutissement de tous les efforts mis en place trouvent néanmoins tout leur sens et concluent remarquablement le cycle. Une trame narrative d’un Fred Duval très décidé à montrer qu’il a beaucoup d’idées, une mise en place ingénieuse de Christophe Quet, un graphisme énergique d’un Thierry Goux survolté, et des couleurs éclatantes de Carole Beau. De très grande qualité sur tous les plans, il ne manque pourtant pas grand-chose à la série pour passer au statut des très grands. A noter que l’album est accompagné du Hauteville House Tribune (2 pennies), petit illustré d’époque façon menu des Trois brasseurs®, qui explique de manière fort sympathique quelques inventions, retrace l’histoire des personnages et fournit une notice bibliographique de nos chers artistes.